//
Vous lisez...
Pris de marteau

Quelques gouttes suffisent

“- Papa, c’est quand Noël ?
Le 16 janvier fiston, le 16 janvier...”

Excepté pour ne pas oublier de souhaiter une bonne fête à “Papy Marcel”, le profane n’a aucune raison de “stabiloter” cette date sur son calendrier. Nous, les accros au tennis, l’attendons avec une impatience aussi grande que celle d’un enfant à l’approche de Noël. Privés du frisson des grandes compétitions depuis la finale de la Coupe Davis, certains d’entre nous, que le sevrage forcé a plongés dans les abîmes de la démence, sont même allés jusqu’à acheter une DeLorean sur Le Bon Coin. Convaincus par leur folie qu’ils seraient ensuite capables d’avancer dans le temps jusqu’à ce fameux 16 janvier marquant le début de l’Open d’Australie. Sextuple vainqueur à Melbourne et double tenant du titre, Novak Djokovic semble prêt pour endosser, cette année encore, le costume de Père Fouettard.

Comme vidé émotionnellement, dépourvu d’objectif après son sacre à Roland-Garros – seul Majeur qu’il n’avait pas encore gagné – le Serbe est redevenu simple mortel lors de la deuxième moitié de saison. Notamment sur les points importants, domaine dans lequel il écrasait la concurrence auparavant. “Il y a des choses que je dois retrouver au niveau des émotions et du mental, a alors confié l’actuel numéro 2 mondial. Depuis que j’ai gagné à Paris, je ne prends plus vraiment beaucoup de plaisir sur le court, que ce soit en match ou à l’entraînement. J’ai un palmarès incroyable, mais je dois définir mes buts et objectifs pour la suite de ma carrière.” Aidé par les méthodes atypiques d’un Pepe Imaz de plus en plus présent à ses côtés, le tennisman élastique a repris goût au jeu durant l’hiver, avant d’aller chercher des certitudes au Qatar.

Séparé du toujours rougeot Boris Becker, le “Djoker” a débuté son année par un titre à Doha. Tout au long de la semaine, il a fait le plein de celle qui “se gagne en gouttes et se perd en litres” : la confiance. En partie grâce au sacre, mais surtout grâce aux osbtacles qu’il a su surmonter. Mené 5/1 par Jan-Lennard Struff au premier tour, il s’est fait violence pour passer sans perdre de set (7/6 6/3). Au bord du gouffre face à Fernando Verdasco en demi-finale, “Djoko” a fait un grand pas en avant pour enjamber le fossé et sauver 5 balles de matchs, dont 4 consécutives. Le genre de victoire apportant l’exquise sensation d’invincibilité, celle dont l’ambition de tout joueur de tennis se nourrit pour espérer croquer les plus savoureux trophées.

Animé de ce sentiment d’invulnérabilité, Djokovic a dominé Andy Murray en finale. L’homme qui restait sur 28 succès consécutifs. Surtout, il a fait étalage d’une force mentale retrouvée. Malgré 3 balles de triomphe non-concrétisées dans la deuxième manche, il n’a pas flanché. Contrairement à Verdasco la veille, il est passé outre ses occasions manquées pour finalement envoyer le numéro 1 mondial au tapis en trois rounds. Rigolard au moment de poignée de main, l’Écossais a pourtant de quoi être légèrement inquiet. Il a laissé couler une partie de la confiance accumulée depuis des mois. À l’affût, Djokovic en a récupéré quelques gouttes qui pourraient se révéler précieuses pour aller chercher un beau cadeau au pied de la Rod Laver Arena.


Chaîne de télévision appréciée des amateurs de sports à travers toute l’Europe, Eurosport s’est lancée dans la création d’un site visant à répondre au mieux aux besoins des téléspectateurs que vous-êtes sans doute : Eurosport voice 

Via des questionnaires, vous pouvez y donner votre avis sur différents thèmes sportifs.
Déjà large de 2000 Allemands, Anglais et Français, le panel pourrait profiter de vos judicieuses réponses pour continuer à croître.

En marge de l’Open d’Australie diffusé sur Eurosport, la prochaine enquête d’Eurosport voice portera sur le premier Majeur de l’année. Pour récompenser les panélistes, un tirage au sort est effectué après chaque étude. À gagner, 3 chèques-cadeaux Amazon allant de 200€ pour le premier, 100€ pour le deuxième et 50€ pour le troisième.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow PRISE MARTEAU on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :