//
Vous lisez...
Pris de marteau

Non, Fabrice ! NOOOOOOOOOOOOON !

peste choléraCeci n’est pas une pique. Loin de moi l’idée de me lancer dans une corrida contre Santoro. Je crains que ma muleta ne soit pas assez grande pour tancer cent puissants bovidés cornus. Invité de l’Expresso jeudi dernier, l’ancienne bête noire de Marat Safin est revenue sur l’affaire des paris truqués en passe de s’offrir les oreilles et la queue du tennis. Fustigeant à juste titre ce fléau, le Tahitien de naissance l’a comparé à un autre. “Bien sûr, je n’encourage pas le dopage et c’est un sujet extrêmement grave”, a-t-il déclaré. “Mais à la limite, lorsqu’on parle de dopage, ce sont des sportifs qui trichent entrent eux. Mais ça rend le spectacle plus beau pour les fans, ça fait des lignes à écrire quand il y a des records du monde. Finalement, c’est une tricherie d’un sportif à un autre. Alors que les paris sont beaucoup plus grave encore. Là, c’est le public qui est berné, ce sont les médias qui écrivent des papiers sur des fausses rencontres, ce sont des matchs qui sont littéralement faussés donc le classement l’est quasiment aussi. Il faut être extrêmement vigilant.” (De 02:35 à 03:15)

Certes, la potion magique, par l’amélioration des performances qu’elle induit, permet de produire du spectacle. Contrairement à un duel arrangé dans lequel l’un des deux protagoniste fait tout pour perdre. Et encore. Souvent, ce sont “seulement” des “sets, parfois même des jeux ou des doubles fautes qui sont vendus. Le reste de la partie étant tout à fait “normal”. Mais, par le dopage, le public et les médias ne sont pas moins réduits à l’état de pâte à pain. Roulés dans la farine, les uns s’enflamment pour un tricheur, les autres relatent, analysent et encensent ses exploits volés. Sans parler du perdant, clean, qui passe peut-être à côté d’une grande performance. Qui aurait atteint la finale de Roland-Garros 2005 si le disgracieux Mariano Puerta n’avait pas fait une Astérix ? Le dopage fausse tout autant les matchs et le classement en découlant que les paris truqués. “El Monstro” Puerta ne méritait pas son 9e rang mondial. Si les rencontres pipées sont la peste du tennis, le dopage en est le choléra. Pour se soigner, le tennis, et le sport en général, devront lutter face à ces deux fléaux avec la même rage.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow PRISE MARTEAU on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :