//
Vous lisez...
insolite, Pris de marteau

La Potato au milieu des frites

Lorsque l’envie vous prend d’aller au McDo pour vous délecter, par exemple, d’un menu Big Mac – le fameux burger inventé par John McEnroe – il arrive parfois que vous tombiez sur une potato perdue au milieu de vos frites (ou inversement). Sur le circuit WTA, cette potato (ou cette frite, selon vos goûts) porte un nom. Celui de Monica Niculescu, la récente finaliste du tournoi de Nottingham. Sur une carte consituée principalement de joueuses frappant fort des deux côtés, à plat, sans variations et allant peu goûter au filet, l’élève de Călin Stelian Ciorbagiu présente un style unique. En coup droit, elle envoie du slice à la louche. “J’ai commencé le tennis à 4 ans, je n’aimais pas slicer à cet âge”, raconte la joueuse aujourd’hui “vieille” de 27 printemps. Je jouais ‘normalement’. Je crois que j’ai commencé à changer autour de 9 ans. Les joueuses frappaient tellement fort et je n’avais pas d’entraîneur, donc un jour je me suis mise à jouer comme ça pour contrer la puissance. Puis, j’ai commencé à jouer tout le temps de cette façon. Je me sens à l’aise comme ça.”

Comme vous avez pu le constater, la jeune (17 ans) croate Ana Konjuh prend soin de jouer majoritairement le revers de Niculescu. Histoire d’éviter d’aller chercher la balle au ras du sol. Pourtant, au fil des années plusieurs entraîneurs ont essayé de changer la recette de la Roumaine. Mais celle qui a atteint le 28e rang mondial en février 2012 est “toujours revenue à cette façon de jouer”. Pourquoi ? Tout simplement “car [elle] aime ce style”. Son péché mignon : rendre folle son opposante en alternant slices, amorties, montées au filet et autres revers frappés ou bombés. Néanmoins, elle reconnaît que sa cuisine induit quelques inconvénients. “Quand tu joues de cette façon, tu dois beaucoup courir parce que tu ne frappes pas beaucoup de coups gagnants”, explique-t-elle. “Ce n’est pas facile, sur les balles courtes les autres joueuses peuvent frapper un coup gagnant. Moi, je dois faire un slice et venir au filet pour jouer un coup de plus.” Bonne joueuse de double, la native de la charmante petite bourgade de Slatina au sud de la Roumanie est plutôt habile à la volée.

Avec son coup droit à user les genoux et les nerfs de ses adversaires, on pourrait croire l’actuelle 49e au classement WTA friande de verdure. Pourtant, elle préfère une autre surface. “Mon service n’est pas assez bon sur gazon”, confie-t-elle. “Mes meilleurs résultats sont sur dur.” Ses deux titres (Florianópolis 2013, Guangzhou 2014) et son seul huitième de finale en Grand Chelem (US Open 2011)  ont été décrochés sur ce revêtement. Si, sur herbe, elle chope 112 % de ses coups droit, elle délaisse de temps en temps cet effet sur les autres types de court. “Habituellement mon truc est de garder la balle basse et essayer de faire courir l’adversaire, puis, soudainement, placer une amortie ou une montée au filet sorties de nulle part”, explique notre caractérielle chef cuisinière. “Mais je frappe des coups à plat ou liftés. (…) Quand une adversaire vient au filet pour mettre la pression, j’essaie de frapper pour tirer un passing.” Mise à terre, le temps d’un point, Serena Williams peut témoigner de la véracité de ces propos.

PS : Si vous êtes en pleine période de bac, Prise Marteau vous aide à vérifier vos connaissances. Une erreur mathématique s’est glissée dans cet article, saurez-vous la dénicher ?

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow PRISE MARTEAU on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :