//
Vous lisez...
Pris de marteau

Cuevas, le Christophe Legendre du tennis

Cuevas second planPablo Cuevas pourrait prétendre à la succession de Christophe Legendre. Si le fabuleux César du meilleur acteur de second plan, décerné pour la seule et unique fois en 2001, revenait en vigueur, l’Uruguayen serait un nominé idéal. Dans l’ombre des stars, le tennisman aux sourcils bien fournis offre aux spectateurs un jeu performant depuis plus d’un an maintenant. Mis en lumière par quelques rayons des spotlights braqués sur Roger Federer en finale (défaite 6/3 7/6) de l’ATP 250 d’Istanbul, le joueur de 29 ans est de plus en plus bankable.

Le natif de Concordia, en Argentine, revient de loin. Très loin. Entré dans le top 100 fin juillet 2009 (avec une pointe au 45e rang la semaine du 12/10/2009), il en est éjecté en octobre 2011. La faute à un genou parti en vrille quelque mois plus tôt au premier tour de Roland Garros. Opéré deux fois, il se voit contraint de faire ses adieux à la scène durant presque deux ans. Ce pur terrien glisse alors, longuement, lentement. Jusqu’à tomber au-delà de la 1000e place avant de se produire à nouveau en avril 2013.Deux ans plus tard, le voilà aux portes du top 20 (22e cette semaine).

L’été dernier, il s’est offert ses premières récompenses. Pas grâce à des blockbusters, certes, mais sur deux production signée ATP 250 tout de même. D’abord à Båstad en profitant de son classement protégé, puis à Umag, deux semaines plus tard, après être sorti du casting des qualifications. Cette année, il a glané un troisième titre dans cette catégorie. À São Paulo, début février. Points commun entre ces trois oscars et sa belle prestation dans le film stambouliote la semaine passée : la terre battue. C’est sur cette surface que ses qualités ont le plus de chance de lui attirer les les acclamations du public et les rappels jusqu’en finale.

Doté d’un bon physique et d’une couverture de terrain remarquable, Cuevas gratte – tel un animal à poils infesté de puces – la balle des deux côtés. Solide sans être exceptionnel en revers (à une main), il se contente la plupart du temps de jouer long dans la diagonale, mais se montre capable de le lâcher long de ligne quand l’occasion se présente. Régulièrement, notre acteur de second plan contourne son revers pour dicter le jeu avec son coup droit. Arme avec laquelle il peut faire la différence et livrer de bonnes gifles pour tirer des points gagnants. Au service, il s’appuie principalement sur une première balle très lourde. Bourrée d’effet kické.

Avec ces atouts dans son jeu, le Sud-américain tentera de crever l’écran dans quelques semaines à Roland-Garros afin d’atteindre le 3e tour d’un tournoi du Grand Chelem pour la première fois en simple. Histoire de donner encore un peu plus d’allure à sa “seconde carrière”. Christophe Legendre sera, paraît-il, présent dans les travées. Pour encourager Pablo Cuevas, le pousser à connaître, comme lui, un moment de gloire et s’époumoner sur chaque prise réussie. Derrière une grande banderole. Caché. Évidemment.

Publicités

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: L’histoire du tennis prend 106 kg ! | PRISE MARTEAU - 8 octobre 2015

  2. Pingback: Cuevas, Bercy 2017 : « PURE MAGIC !  | «PRISE MARTEAU - 3 novembre 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow PRISE MARTEAU on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :