//
Vous lisez...
Pris de marteau

L’Énigme Kyrgios

énigmeLa proportionnalité du pouvoir bicéphale à croissance exponentielle variable selon l’attitude physiologique instantanée non conventionnelle par rapport à l’adéquation primordiale du cycle astronomique parallèle au centaure cagoulé dépend de moi. Qui suis-je ?

Nick Kyrgios c’est ça. Une étrange énigme. Phénoménal en Grand Chelem, le jeune homme au nom d’origine grecque est inexistant sur les évènements d’importance moindre. À Barcelone, l’Australien au sourcil strié à coups  de rasoir s’est incliné (6/2 5/7 7/6) dès son entrée en lice. Face à Yan Ymer, jeune Suédois de 19 ans (192e mondial au 20/04/2015). Certes, il revenait de blessure et n’avait plus joué depuis Indian Wells. Certes, la terre battue n’est pas sa meilleure surface. Mais Ymer n’était pas pas un adversaire insurmontable. D’autant plus que Kyrgios s’est procuré deux balles de match et a mené 4/1 dans le dernier set. En y regardant de plus près, malgré le statut de favori du prénommé Nicholas, cette défaite n’est qu’une demi-surprise. Depuis ses débuts sur le grand circuit en 2013, L’actuel 41e au classement ATP a remporté 14 rencontres. 2 seulement en dehors des tournois du GC.


Victoires en GC
Victoires hors GC

Showman dans l’âme, le tennisman venu du pays des kangourous a peut-être quelques difficultés à trouver la motivation nécessaire pour élever son niveau de jeu en dehors des quatre grands rendez-vous annuels. Car, indéniablement, le gaillard possède déjà les qualités techniques, physiques et mentales pour faire mieux. Il l’a prouvé. Avant même ses 20 ans – il les fêtera le 27 avril – il compte déjà deux quarts de finale en Grand Chelem (Wimbledon 2014, Open d’Australie 2015) et plusieurs victoires de prestige. Sur le gazon londonien, il a écœuré Richard Gasquet en sauvant 9 balles de matchs pour s’imposer 10/8 au cinquième set après avoir accusé un retard de deux manches. Deux tours plus tard, en huitième de finale, il a assommé Rafael Nadal d’aces et services gagnants pour s’offrir ses premiers frissons sur un grand huit en Majeur. À Melbourne, en début de saison, il a une nouvelle fois montré ce qu’il a dans les jambes et la caboche à l’occasion de son huitième de finale. Opposé à Andreas Seppi, le protégé de  Todd Larkham a, encore, remonté deux sets de handicap et effacé une balle de match pour arracher la victoire au bout du suspens, 8/6 dans l’ultime round.

Les enfants sont des énigmes lumineuses”, a écrit Daniel Pennac. Encore très jeune, Nick Kyrgios devrait, au fil du temps, gagner en maturité dans son tennis pour devenir un “joueur adulte” et cesser d’être une étonnante énigme.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow PRISE MARTEAU on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :