//
Vous lisez...
Pris de marteau

Aces + volonté à toute épreuve + rap – revers = Ivo Karlović

1545715_3391421Ivo Karlović, c’est un type de jeu ne laissant personne indifférent. On n’aime pas, ou on n’aime pas. Inlassablement, le rappeur-tennisman trimballe sa grande carcasse aux quatre coins de la planète et ennuie les spectateurs du monde entier à coups d’aces. Certes, depuis le bord du court, son arme fatale combine une vitesse et une puissance hautement impressionnantes à voir. Mais après une dizaine, la magie s’estompe. L’ébahissement cède place à la lassitude. Devant sa télévision, son service paraissant moins exceptionnel que depuis les tribunes, on passe directement à la somnolence. Selon la légende, les médecins prescriraient de fortes doses de Karlovic vs. Isner à leurs patients atteints des insomnies les plus incurables. Et dans le jeu, la grande baguette venue des Balkans n’a pas vraiment de quoi nous réveiller.

Avec MC Ivo, tout se joue sur les premiers coups de raquettes. Ça passe ou ça casse. Il mise sur sa grande gifle de coup droit et une bonne volée. Quelque soit l’adversaire, son plan de jeu reste identique. Sa faiblesse dans les déplacements et son incapacité à tenir les rallyes ne lui laissent d’autres choix. Côté revers, c’est le néant. Un peu comme dans la boîte crânienne d’un terroriste intégriste religieux. Le Croate se contente de slicer, avec justesse, certes, mais dès qu’il se retrouve forcé de frapper à plat ou lifté, notamment lorsque l’adversaire prend le filet, c’est la panique. Bâches, tribunes, ciel, en orbite autour de la Lune, telles sont les nombreuses destinations des balles lorsque notre héros s’essaye au passing. Certains ont même fait le vœux de le voir réussir un tel coup au cours de l’année 2015. D’autres ont perdu tout espoir et auraient conseillé à l’actuel 25e joueur mondial d’adopter la technique de Nicolas Rosensweig.

Au-delà des moqueries, le natif de Zagreb mérite le respect et force l’admiration. Conscient de ses lacunes techniques, il a su optimiser au maximum les qualités imposées par ses 2,11 m. Révélé à Wimbledon en 2003 par une victoire sur Lleyton Hewitt alors tenant du titre, il atteint son meilleur classement cinq ans plus tard. En 2008, année où il s’offre une victoire de prestige face à Roger Federer à Cincinnati, il grimpe jusqu’au 14e rang à l’ATP. Personne au début de sa carrière ne l’aurait imaginé aller aussi haut dans la hiérarchie mondiale. Sa salle des trophées, déjà riche de cinq titres (Stockholm, Nottingham et Houston en 2007, Nottingham en 2011, Bogota en 2014) pourrait encore grandir. À bientôt ans 36 ans, le Croate évolue à son meilleur niveau. Pour preuve sa victoire sur Novak Djokovic à Doha la semaine dernière.

Autre force d’un des plus grands mal-aimés du circuit : sa volonté, sa capacité à ne jamais renoncer et sa dévotion au tennis. En avril 2013, touché par une sérieuse méningite virale, il est tenu hors des courts durant quatre mois. “Je me suis réveillé un matin et mon bras était engourdi”, explique-t-il. “Ma femme a appelé les médecins. Ils m’ont donné des médicaments et je me suis senti mieux. Mais dès qu’ils sont partis, j’ai commencé à avoir des maux de tête et à vomir. Je suis donc allé à l’hôpital. Je me sentais de plus en plus inconscient. Je ne me souvenais plus de mon nom, de l’époque à laquelle on vivait… Mes membres étaient très douloureux. Mon bras droit et ma tête étaient engourdis. (…) Je ne connaissais même pas la date de mon retour.” Alors vieux de 33 printemps, un âge auquel beaucoup auraient pris leur retraite après un tel repos forcé, Ivo Karlović travaille d’arrache-pied et parvient à revenir parmi les meilleurs joueurs du monde. Désormais, il voit ce qui lui arrive comme “du bonus” et affirme ne plus ressentir “aucun stress” raquette en main. Relâché, heureux de taper dans la balle et doté d’une style de jeu peu contraignant physiquement, le lascar pourrait bien agacer ses collègues durant encore plusieurs saisons. Au grand dam de Novak Djokovic.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow PRISE MARTEAU on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :