//
Vous lisez...
Pris de marteau

Qui pour le double ?

Avec une raquette en guise de cuillère, Gaël Monfils n’a fait qu’une bouchée d’un Roger Federer réduit à l’état de petit suisse. Le dos sans doute encore un peu en compote (?), le numéro deux mondial n’a pas permis aux siens de prendre le large après le succès d’un Stanislas Wawrinka tout simplement trop fort pour Jo-Wilfried Tsonga. “Jo”, lui, peut remercier “la Monf’”. Grâce à son comparse, on n’a pas fait tout un fromage de sa défaite et la France est revenue à un partout. Désormais, Français et Suisses sont tournés vers un double pour lequel chacune des deux équipes disposent de plusieurs possibilités.


SUISSE

Chiudinelli-Lammer : La paire couchée sur le papier lors du tirage au sort. Inutile de s’y attarder. Alors que Gaulois et Helvètes sont à égalité, nous avons autant de chance de voir ces deux là sur le terrain demain que de croiser Dieudonné à une bar mitzvah. Notons tout de même qu’ils ont disputé et gagné un match cette année. Au premier tour face à Zimonjić (actuel numéro 3 mondial en double, ex-numéro 1) et Krajinović. Mais, en cas de défaite, le risque de perdre la rencontre était minime. Les Suisses menaient 2-0 et les Serbes n’avaient “que” Lajović, Krajinović et Bozoljac à proposer en simple. Difficile d’imaginer Federer et Wawrinka perdre contre ces seconds couteaux.

Chiudinelli-Wawrinka Si Federer est toujours en délicatesse avec son dos (ce qui semble être le cas), les Suisses pourraient décider de le préserver lors du double. Le but étant de le laisser récupérer afin qu’il se trouve dans de meilleurs dispositions physiques pour apporter un précieux point dimanche. En demi-finale, Chiudinelli et Wawrinka étaient associés face aux Italiens. Résultat, une défaite en 5 sets face à la doublette Fognini-Bolelli. Là encore, “la bande à Roger” abordait l’évènement avec une avance de deux points. Une défaite en double était donc moins préjudiciable.

Federer-Wawrinka : Le double le plus solide sur le papier. La paire championne olympique à Pékin en 2008. “Papy Roger » en forme, ce serait à coup sûr le choix du pays neutre. Néanmoins, en Coupe Davis, les deux gaillards n’ont pas toujours brillé ensemble. Ils affichent un bilan peu glorieux de 2 victoires pour 4 défaites.
Autre hypothèse, la nation des secoueurs de cloches pourrait aligner Federer même si celui-ci n’est pas à 100%. Le double étant moins exigeant physiquement que le simple, le Bâlois serait moins en difficulté et privilégierait cet exercice pour aider ses troupes. Une théorie ne tenant que si “Monsieur Mirka” ne sent pas en mesure de pouvoir remporter son duel dimanche. En cas de victoire lors du double, les Suisses miseraient alors tout sur Wawrinka pour décrocher le point du triomphe en simple.

FRANCE

Benneteau-Gasquet : Le duo annoncé jeudi. Celui qui pourrait effectivement se retrouver dans l’arène. En forme, Julien Benneteau reste sur un bon Masters avec Edouard Roger-Vasselin (demi-finale). Cette option permettrait en outre de laisser Tsonga au repos en vue de la dernière journée décisive.

Gasquet-Tsonga : Nettement dominé par un Wawrinka impressionnant, “JWT” n’a pas eu une partie éprouvante. Physiquement, il peut enchaîner avec le double sans peine. La paire Gasquet-Tsonga semble être le choix numéro un d’Arnaud Clément. C’est celle qu’il a alignée, avec réussite, face aux Australiens au premier tour et les Tchèques en demi-finale. Mais, à chaque fois, les Bleus menaient 2-0. Contre l’Allemagne, en quart, “la Clé” préférée de Nolwenn avait opté pour Llodra et Benneteau après la perte des deux premiers simples.

Benneteau-Tsonga L’hypothèse la moins probable. Elle exclurait totalement Gasquet de la finale. Monfils percutant face à Federer, il y a fort à parier que le showman tricolore sera de la partie dimanche. Et, personnellement, je vois mal Clément mettre Tsonga sur le banc le dernier jour. A fortiori en finale. “Richie” écarté des simples, il n’y a donc nullement besoin de le préserver physiquement, et donc aucun intérêt de se priver de ses talents en double. À l’instar de l’option précédente, le risque serait que Tsonga laisse pas mal d’énergie dans l’affaire en cas de partie à quatre à rallonge et sous haute tension.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow PRISE MARTEAU on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :