//
Vous lisez...
Pris de marteau

Et “Sharapovache” chaussa les patins

vache.jpgIl était une fois, une jeune tenniswoman à la longue chevelure couleur des blés venue des froides contrées de Russie. Semblant se prendre pour une princesse lors de ses saluts à la foule, “la Tsarine” se percevait pourtant comme “lune vache sur une patinoire” dès lors que ses souliers touchaient l’ocre. Devenue reine de Wimbledon en 2004, à 17 ans seulement, la « petite » Maria Sharapova a longtemps vu en la terre battue une vilaine sorcière vendeuse de pommes empoisonnées. Entre 2003 et 2008, la longiligne joueuse à l’allure altière a égayé sa vie princière de 19 sacres, mais un seul sur terre (à Amelia Island en 2008 sur une terre battue, dîte “américaine”, de couleur verte et différente de « l’européenne »).

Puis, après un long arrêt dû à une blessure à l’épaule entre 2008 et 2009, “Sharapovache” a chaussé ses patins à glace pour devenir une diva des patinoires sablonneuses. Depuis 2009, celle qui a poussé ses premiers cris à Niagan, charmante petite bourgade de Sibérie occidentale, a décroché 13 titres dont 10 sur terre battue. Hier, à l’issue de sa troisième finale consécutive non loin de la porte d’Auteuil, elle a remporté son deuxième Roland-Garros. Performance qui fait du tournoi parisien son trône favori parmi les quatre Majeurs. “Si on m’avait dit qu début de ma carrière que Roland-Garros serait le premier tournoi du Grand Chelem que je gagnerais deux fois, je pense que j’aurais dit à la personne concernée de se prendre une cuite avec moi”, s’est exprimé son Altesse sérénissime en oubliant le langage châtié dévolu à son rang. Une princesse ne prend pas de “cuite”, voyons (!)

Si l’impératrice des bonbons Sugarpova est devenue d’une efficacité redoutable sur l’ocre, c’est en apprenant à y mouvoir sa royale carcasse mais aussi en travaillant dur physiquement. Vainqueure de Simona Halep en 3 heures de jeu (3h02, pour être précis) en finale de Roland-Garros, Maria Sharapova reste sur une série de 20 victoires d’affilée dans les matchs en trois sets sur terre.  “Avant, j’avais l’impression qu’il fallait que je finisse les points et les matchs rapidement lors des premiers tours car je n’étais pas sûr d’avoir le physique pour durer”, a expliqué la miss sans écharpe. “J’ai travaillé très dur physiquement pour être en mesure de me battre jusqu’au bout et de gagner même en trois sets (sur terre). C’est une ressource d’énergie que je n’avais pas il y a quelques années.” Une princesse qui travaille ? Non !? Une bien mauvaise nouvelle pour les fans de la Russe qui craignent désormais d’apprendre que Madame Sharapova fait caca comme tout le monde… Et que cela ne sent pas le Sugarpova (!)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow PRISE MARTEAU on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :