//
Vous lisez...
Pris de marteau

Le Cœur de Novak fait “Boum Boum”

SANYO DIGITAL CAMERABoum, quand notre cœur fait boum…

Rihanna, Will I Am, Jay-Z et compagnie peuvent remballer leurs chansonnettes. Chez les Djokovic, on vibre sur du Charles Trenet. Conquis par Boris “Boum Boum” Becker, “Nole” a fait du grand rouquin allemand son entraîneur principal pour l’année 2014. De son côté, Marián Vajda perd du galon et n’accompagnera plus son poulain que sur quelques tournois. “J’ai réalisé que Novak avait besoin d’un nouvel entraîneur principal pour qu’il continue à améliorer certains secteurs de son jeu”, a expliqué le coach slovaque. Et par “certains secteurs”, l’homme taciturne aux joues bien fournies fait allusion au jeu vers l’avant. Notamment l’approche du filet et la volée de Novak Djokovic. Un domaine, travaillé depuis plusieurs mois, dans lequel il affiche de nets progrès depuis la tournée asiatique. Il y encore deux ans, afin de tourner un épisode de son émission “Rendez-vous en terre inconnue”, Frédéric Lopez aurait, paraît-il, proposé d’emmener le Serbe au sein des carrés de service. Désormais, avec un maître du service-volée comme Becker à ses côtés, le natif de Belgrade se donne toutes les chances de gagner encore un peu plus de sérénité en ces contrées autrefois hostiles.

Par le passé, “l’homme élastique” a déjà tenté d’associer un ancien attaquant à Vajda : Todd Martin. Débuté en août 2009, l’infructueuse expérience se termine quelques centaines de doubles fautes plus tard, en avril 2010. “Les modifications apportées à mon service n’ont pas porté leurs fruits, je n’étais pas prêt”, a alors confié le « Djoker”. « Cohabiter avec deux entraîneurs n’a pas marché comme je le souhaitais.” Cette fois, l’aventure devrait être plus heureuse. Il n’est pas question de réelle cohabitation. Alors que Martin était une sorte d’entraîneur bis, Becker sera lui le numéro 1. Devant Vajda. En outre, les deux bougres ne seront, a priori, jamais tous deux aux côtés de “Djoko” sur un même tournoi. Marián Vajda chaperonnera son petit protégé à Indian Wells, Madrid, Toronto et Pékin. Quant à Becker, son menu est pour le moment composé de l’Open d’Australie, Dubaï, Miami, Monte-Carlo, Rome, Roland-Garros, Wimbledon, Cincinnati et l’US Open. Charismatique, bourré d’orgueil, le numéro 2 mondial devra apprendre à vivre avec l’ego de son nouveau mentor. Doté d’un melon si énorme qu’il pourrait à lui seul mettre un terme à la famine dans le monde, fort en gueule, Boris le germanique n’est pas avare en colère. Les raquettes, arbitres, joueurs et autres spectateurs des années 80 et 90 s’en souviennent encore. De “légères” sautes d’humeur qui ne l’ont pas empêché de glaner 6 titres du Grand Chelem. Seul Roland-Garros s’est refusé à son palmarès. Justement l’unique trophée majeur que Djokovic n’a pas encore pu câliner entre ses bras tentaculaires. Mais avec Becker, tout est possible…

…s’il fait boum, s’il se met en colère
Il entraîne avec lui des merveilles

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow PRISE MARTEAU on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :