//
Vous lisez...
Pris de marteau

Serena, 32 ans, toutes mes dents !

Dent de sabre

Et quelle longueur elles ont ! Malgré mon grand âge, l’ambition est toujours là. Des raclées, je compte en coller aux jeunettes du circuit pendants quelques saisons encore. D’humeur hyperbolique j’ai d’ailleurs répondu à un journaliste que “je serais peut-être encore là dans dix ans (…) personne ne peut savoir”. Bien qu’il n’avait pas l’air très malin et qu’il s’amusait à mettre ses stylos dans ses trous de nez, je doute qu’il m’ait cru. Mais après tout, pourquoi pas ? Martina Navrátilová a bien joué une finale de Wimbledon à 37 ans, et passé un tour à l’US Open à presque 48 balais. Respect ! Même si c’était un peu étrange de la voir se préparer une tisane menthe/verveine à chaque changement de côté. En comparaison, je passe encore pour une jeune fille en fleur (bon, une jeune fille qui serait addict à l’haltérophilie depuis l’époque du bac à sable, je vous l’accorde). À 11 mois de mon 33e anniversaire, il me reste quelques belles années devant moi. Surtout que j’ai rarement besoin de forcer. Pour être honnête, je me balade. Tranquillement, en sifflotant l’air de “A Horse with No Name”. Parce que, faut bien l’avouer, au niveau de l’opposition c’est le désert sur le circuit WTA. Certes, il m’arrive parfois de perdre. Mais c’est souvent quand je décide de jouer sans les mains. Pour le challenge. Sinon, c’est la victoire assurée. Même face à Maria, Victoria, Agnieszka et Na¹, que le classement présente comme mes plus « coriaces” adversaires. C’est limite si je ne m’ennuie pas. La trentaine passée, j’ai remporté 11 titres en une saison. Mon record ! Dont 2 tournois du Grand Chelem et le Masters. Pourtant, l’âge venant, je devrais commencer à décliner un peu. Comme “Rodgeur” chez ces messieurs. Et ce serait normal. Mais non. Je suis toujours la reine. Jadis, j’avais affaire à de sacrées chipies capables de me chaparder des titres majeurs. Contre Justine, Kim, Venus, Lindsay, Martina ou encore Amélie, fallait s’employer ! Puis à l’époque, y’avait des petites malines au sens tactique aiguisé qui savaient manier la balle de tous les effets pour me déstabiliser. Aujourd’hui, elles essaient toutes de jouer comme moi. Mais du “sous-Serena” face à l’originale, ça ne fait pas le poids. À part la petite Agnieszka. Elle a un jeu différent, mais faudrait lui dire que le tennis n’est pas un sport d’équipe et que je ne suis pas sa partenaire. Histoire qu’elle arrête de me faire des passes au lieu de servir.  Enfin bref, si aucun talent suffisamment doué pour me limer les crocs n’émerge parmi les joueuses, mon ambition risque de les dévorer encore un petit moment.

1. Serena 13 – 3 Azarenka (8 – 0 en GC) / Serena 14 – 2 Sharapova (4 – 1 en GC) / Serena 8 – 0 Radwanska (2 – 0 en GC) / Serena 10 – 1 Li Na (4 – 0 en GC)

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow PRISE MARTEAU on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :