//
Vous lisez...
Pris de marteau

Rafael et Novak jouent à la marelle

marelleComme à la marelle, Rafael Nadal a dû avancer pour atteindre le septième ciel. Lorsqu’il est en mal de confiance ou rattraper par la pression, l’Espagnol a parfois tendance à jouer  très loin de sa ligne de fond pour s’en sortir. En finale de l’US Open, l’homme au 13 titres du Grand Chelem a bénéficié de l’entame poussive, presque à cloche-pied, de Novak Djokovic pour empocher facilement le premier set. “À la fin du premier set, quand je suis allé m’asseoir, je me suis dit : ‘OK, c’est bien, mais on repart de zéro parce que tu vas avoir du mal à jouer aussi bien deux sets et de plus et ton adversaire, lui, va jouer beaucoup mieux que ça’”, a d’ailleurs raconté Nadal à l’issue du match. Bien vu. Dans le deuxième acte, le truculent “Nole”  est rentré dans la partie. Les pieds aussi proches de sa ligne de fond qu’un Harpagon l’est de sa bourse, le numéro 1 mondial a poussé son dauphin à faire plusieurs pas en arrière. Face à des adversaire moins coriaces, cette position reculée n’empêche généralement pas le “Taureau de Manacor” de gagner la corrida. Contre un matador de la trempe de Djokovic, la perte de terrain conduit à la perte tout court.

Résultat, le natif de Belgrade a planté ses banderilles pour revenir à un set partout, breaker d’entrée dans la troisième manche et passer à un souffle du double break. “Novak jouait un tennis incroyable, il fallait tenir« , a expliqué le neveu de Toni à propos de cette période du match. “À mon avis, le moment le plus important, c’est à 2-0. Il fallait rester à un seul break. Avec deux breaks de retard, c’était terminé.” Passé proche de la catastrophe, “l’Ogre de l’ocre” s’est ensuite rapproché de sa ligne de fond (retour de service mis à part) pour débreaker quelques minutes plus tard. Puis, à 4 jeux partout, le combat a définitivement basculé. Mené 0/40 sur son service, le Majorquin s’est tiré d’affaire en lâchant notamment son premier ace de la rencontre sur la dernière balle de break en faveur du “Djoker”. En sauvant son engagement, “RN” venait de reprendre le petit cailloux de la confiance à son adversaire pour avancer de plusieurs cases. Jusqu’à reprendre définitivement le contrôle du terrain et atteindre le septième ciel. Touché mentalement, Djokovic n’aura marqué qu’un petit jeu après ses trois balles de break consécutives perdues. Mais si le dernier set (6/1) a été une formalité, la finale n’a globalement rien eu d’un jeu d’enfant pour le vainqueur de la marelle.

Publicités

Discussion

Une réflexion sur “Rafael et Novak jouent à la marelle

  1. Bel article, bien écrit. Et pour moi qui n’ai pas vu la finale, un bon résumé. 🙂

    Publié par Unintended Choice | 11 septembre 2013, 20:39

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow PRISE MARTEAU on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :