//
Vous lisez...
Pris de marteau

La « soupe Lendl »

Murray&Lendl Wimb« Mange de la soupe, tu deviendras plus grand. » On s’est tous vu balancer cette phrase au visage lorsque nous étions enfant. Andy Murray, lui, a trouvé son « plat magique » se dégustant à l’aide d’une grande cuillère à l’âge de 24 ans. À l’aube de la saison 2012 le râleur Écossais annonce le début de sa collaboration avec Ivan Lendl. À cette époque, le Britannique a disputé trois finales de tournois du Grand Chelem. Trois finales perdues sans gagner le moindre set. Deux face à Roger Federer (US Open 2008, Open d’Australie 2010), une contre Novak Djokovic (Open d’Australie 2011). Indéniablement, Murray se montrait incapable de gérer la pression d’un tel évènement. « Qui, diable, pourrait bien m’aider à remporter un tournoi du Grand Chelem (ou au moins un set en finale) ?« , se demande alors, en ces termes (ou presque) le natif de Glasgow. « Mais nom d’une pipe en bois, je sais ! Celui qui a fait pire que moi ! » Le « celui » en question n’est autre que l’impassible Lendl. Avant de remporter le premier de ses 8 titres du Grand Chelem, le Tchécoslovaque de naissance avait échoué en finale à cinq reprises.

Pour ses deux premiers tournois majeurs, le nouveau duo atteint le dernier carré de l’Open d’Australie et les quarts de finale à Roland Garros. Des résultats qui ne peuvent être significatifs. À Melbourne, ils ne travaillent ensemble que depuis une quinzaine de jours au moment ou le tournoi débute. En ce qui concerne RG, le tennisman venu d’Écosse n’a jamais eu le pied terrien (ni la main, d’ailleurs). Mais, deux semaines plus tard, lors de Wimbledon version 2012, le monde du tennis découvre les premiers signes de « l’effet Lendl ». S’il est battu par Federer (6/4 5/7 3/6 4/6), celui qui aime allumer son coach parvient, pour la première fois de sa carrière, à remporter une manche dans une finale de tournoi du Grand Chelem. « Je me rapproche« , lâche-t-il même après quelques larmes. Un mois plus tard, le joueur qui aime simuler la blessure remporte, sur ce même Centre Court, la médaille d’or des Jeux olympiques de Londres (en prenant au passage sa revanche sur Federer en trois petits sets). « Certes, mais ce n’est pas encore un titre ‘grand chelemien’« , s’égosillent alors ses détracteurs. Pour leur clouer le bec, Murray décide de remporter l’US Open dans la foulée.

Finaliste à l’Open d’Australie, forfait à Roland Garros et vainqueur à Wimbledon cette saison, le tennisman-stratège a donc joué la finale des quatre dernières levées du Grand Chelem qu’il a disputé, plus celle des J.O. Résultat : 3 victoires, 2 défaites. Tout cela sous la houlette d’Ivan Lendl. Difficile d’y voir une simple coïncidence. Si le successeur britannique de Fred Perry au palmarès de « Wimb » affiche désormais une telle réussite, c’est en grande partie grâce à l’apport de l’homme au visage figé. L’apport d’un homme qui, au cours de sa carrière de joueur, avait connu la même trajectoire que son élève. « Il (Ivan Lendl) a été d’une grande aide il n’y a aucun doute là-dessus« , a d’ailleurs confié « Angry » Murray. « Ivan a fait une énorme différence, il est assez évident de voir son impact dans mes résultats depuis que j’ai commencé à travailler avec lui. » Grâce à la « soupe Lendl », Murray est désormais grand de 2 titres du Grand Chelem dorés d’une médaille olympique.

Publicités

Discussion

2 réflexions sur “La « soupe Lendl »

  1. Il me semble que sa 3e finale perdue est l’OA 2011 et pas 2012…

    Publié par Antoine | 16 juillet 2013, 15:38
  2. Exact !
    Rectification faîte, grâce à vous.

    Publié par prisemarteau | 16 juillet 2013, 15:48

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow PRISE MARTEAU on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :