//
Vous lisez...
insolite

Del Potro persécuté par Voltaire

« Il est tombé par terre, c’est la faute à Voltaire… » Dieu sait ce que Juan Martín del Potro a bien pu faire à Voltaire, mais, de là où il est, l’ancien philosophe des Lumières à l’air d’avoir une grosse dent, voire une défense d’éléphant, contre l’échassier argentin. Depuis le début de sa carrière, « Delpo » ne cesse d’étaler sa grande carcasse à terre lorsqu’il se trouve sur gazon. C’est son petit plus à lui. Peut-être est-ce sa botte secrète ? Le but serait d’envoyer violemment ses 97 kg contre le sol afin de provoquer une secousse sismique qui fendrait la terre sous les pieds de l’adversaire. Adversaire qui sombrerait alors dans un gouffre au fond duquel il lui deviendrait difficile de renvoyer la balle. Si cette hypothèse reste hautement probable (si, si !), elle comporte quelques inconvénients qui laissent penser qu’elle n’est pas la bonne. Depuis le début de Wimbledon version 2013, « JMDP » s’est déjà offert plusieurs glissades. Deux d’entre elles auraient pu coûter cher. La première est survenue au troisième tour face au Slovène Grega Žemlja :« Le Poutrier » s’impose finalement en trois sets, mais la chute laisse des traces. « Je me suis fait une élongation au genou« , confie le vainqueur de l’US Open 2009 après le match. « Ca a été très douloureux sur le coup, j’ai eu un peu peur. J’ai terminé le match très rapidement, maintenant je commence à ressentir des douleurs au genou ainsi qu’à la cheville, je dois voir tout ça avec le docteur. » Rassurant, le doc lui donne son aval pour la suite du tournoi. En huitième de finale, face à Andreas Seppi, « la Tour de Tandil » débarque équipée d’un bon gros strap. Suffisant pour écarter l’Italien à la casquette à l’envers sans perdre la moindre manche. En quart, « el Enano » (le nain), comme le surnomment ironiquement les Argentins, voit se dresser face à lui David Ferrer. Cette même boule de nerfs qui l’avait sorti du prestigieux tournoi londonien l’année dernière. Mais une boule de nerfs diminuée, elle aussi.

Au premier tour, « Ferru » se tord la cheville sur une chute. « C’est un peu douloureux actuellement, et un peu gonflé mais je pense que ce n’est pas grave, j’espère« , lâche-t-il alors. Mais, trois matchs plus tard, la douleur n’est toujours pas passée. « Je ne sentais pas ma cheville, c’est un sentiment différent« , confie-t-il après sa victoire à l’arraché (6/7 7/6 2/6 6/1 6/2), et sous infiltrations, face au fantasque et talentueux Alexandr Dolgopolov. « J’ai encore joué trois heures aujourd’hui ce qui n’arrange pas l’état de ma cheville. » En huitième, la cheville tient bon et « le Poux », non sans perdre le premier set, vient à bout d’Ivan Dodig. Puis, la veille de son quart de finale contre « Jean Martin de la Poutre », l’Espagnol teigneux affirme qu’il se « [sent] bien » tout en ajoutant que, selon lui, « chaque joueur a des problèmes physiques, c’est normal. Sur gazon il est très difficile de ne pas avoir de problèmes. » Et, bien qu’il concède avoir « eu un problème avec [sa] cheville« , il affirme que « ce n’est pas important, [qu’il peut] jouer. » Juan Martin « Genou en Vrac » face à David « Cheville Flinguée », sympa le duel d’éclopés. Dès le premier jeu du match, pour être certain de rester dans le thème, l’Argentin décide de se remettre à la voltige histoire de tirer encore un peu plus sur sa blessure :

Malgré ça, le géant de presque deux mètres reprend la partie, délivre ses énormes gilfes de cow-boy en coup droit, et élimine un Ferrer impuissant en trois sets (6/2 6/4 7/6). « J’ai été proche d’abandonner« , déclare néanmoins l’Argentin après sa victoire. « J’étais inquiet après la chute car c’est exactement la même torsion que la dernière fois. » En demi-finale, celui qui n’a besoin que d’une jambe pour gagner retrouvera Novak Djokovic. L’année dernière, le tennisman de 24 ans avait triomphé du Serbe sur l’herbe du All England Club. Mais c’était en deux sets gagnants, pour la médaille de bronze lors des Jeux olympiques de Londres. S’il veut récidiver, le « bronzé » sait qu’il va « devoir être à 100%, 110% contre lui (Djokovic). » Difficile donc, avec ce genou blessé, d’espérer pouvoir envoyer « Djoko » le nez dans le ruisseau. À moins qu’il ne demande un petit coup de main à Rousseau.

Publicités

Discussion

2 réflexions sur “Del Potro persécuté par Voltaire

  1. Les deux chutes sont assez spectaculaires ! Mais, statistiquement sur ce Wimbledon, à chaque fois que Del Potro a chuté, il a gagné. Il faut donc qu’il chute dans le début du match face à Djoko pour espérer remporter ce match ! 0:-)

    N’hésite pas à venir sur mon blog : http://petitchelem.wordpress.com

    Publié par Petit Chelem | 4 juillet 2013, 11:29
  2. Excellent site, articles bien écrits et originaux, beaucoup de style. Ca nous change du style lourdeau et surjoué de RCV.

    Publié par Jean | 5 juillet 2013, 05:14

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow PRISE MARTEAU on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :