//
Vous lisez...
Pris de marteau

Un mental de plume

Nadal-DjokoLorsqu’un objet se trouve sur un point d’équilibre instable, il suffit d’un rien, d’une plume, pour le faire basculer d’un côté ou de l’autre. À Roland Garros, cette plume a pris la forme du mental lors de l’épique demi-finale entre Novak Djokovic et Rafael Nadal. Plus proches encore que deux siamois en terme de niveau de jeu et de physique, les deux « extra-terriens » ont tour à tour montré une « force mentale » digne des plus grands jedis de la raquette pour faire tourner la rencontre. « Nole », déjà mené 2 sets à 1, concède le break à 3/3 dans la quatrième manche. Comme la plupart des spectateurs, le duo de commentateurs Chamoulaud-Boetsch voit déjà le gaucher au slip trop serré en finale, tant il semble maître de son sujet. Le moment choisi par le Serbe pour sortir son « Djoker » : la capacité à se surpasser malgré l’enjeu.

L’air de rien, comme s’il semblait être totalement détaché du match, « Nole » sort alors trois coups, dont une merveille de revers croisé, exécutés d’un relâchement presque effroyable à ce moment de la partie. Malgré un nouveau break de « Rafa » à 5/5, le numéro un 1 mondial refait son retard et boucle la manche au tie-break. (Déjà, lors de l’US Open 2011, Djokovic avait fait étalage de cette faculté. Mené 5/3, 40/15 sur le service de Federer au cinquième set, « Djoko » sauve sa peau d’un coup droit devenu mythique et s’impose dans la foulée).

Fort de cet ascendant psychologique, le facétieux Djokovic inverse totalement la rencontre et prend d’entrée le service de l’Espagnol dans l’ultime manche. Condamné à courir après le score, Nadal s’efforce alors de ne pas s’agiter du bocal. Faciès impassible, l’enfant de Manacor va à son tour démontrer toutes ses ressources. Pourtant, il vient de concéder une manche et un break à son rival, alors que sa huitième finale à Roland Garros lui tendait les bras quelques minutes plus tôt. Là où plusieurs joueurs, seulement humains (les faibles !), auraient été démolis mentalement, le « surlifteur » ibérique va refaire son retard et s’imposer. La plume aura finalement « voleté » du côté de Nadal. Mais ce n’est que partie remise. Sur le gazon londonien, le vent pourrait tourner.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow PRISE MARTEAU on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :